BIOGRAPHIE / BIOGRAFIE / BIOGRAPHY

netherlands unitedkingdom france bosnia spain italy deutschland
nihad-9

Biographie Nihad Hrustanbegovic

 

Compositeur, accordéoniste concertiste, pianiste et professeur de musique Nihad Hrustanbegovic a commencé à 9 ans l’accordéon et en 1988, 1990 et 1991, a été trois fois vainqueur en tant que soliste au concours national de musique de son pays natal Bosnie-Herzégovine en ex-Yougoslavie. En 1995, il a poursuivi ses études aux Pays-Bas au Conservatoire ArtEZ et a l’Académie Messiaen à Arnhem (Hollande) avec le soutien de la Fondation UAF. En 2000 et 2002, il est diplômé d’un Bachelor et Master of Music. Nihad Hrustanbegovic a enregistré sept albums solos et a fait plus de 1000 apparitions dans les Pays-Bas, y compris devant Grace Jones et la reine Beatrix. Heineken a utilisé une de ses compositions Werelpromenade (Promenade du monde – Stork suite) pour une publicité télévisuelle. Il a joué avec l’Orchestre du Concertgebouw Jazz et en tant que soliste dans les Chevaliers Hall. Il a donné trois fois un concert solo dans la petite salle du Concertgebouw d’Amsterdam et il a été invité dans les émissions de télévision « Sons libres », « Top 2000 », « A GoGo » et « Le Monde continue de tourner ». Il est le premier accordéoniste dans le monde à interpréter les Quatre Saisons d’Antonio Vivaldi, d’après la partition originale Urtext. Les Quatre Saisons ont reçu du journaliste musical et critique Ludwig van Mechelen sur « Centrale Classique » (Belgique), cinq étoiles dans un avis du 21 Février 2015. Selon le quotidien néerlandais « Het Parool » : « Nihad Hrustanbegovic est l’un des meilleurs accordéonistes au monde ». Par Erik Voermans, le Critique musical du Quotidien Trouw : « Ce que Pablo Casals fit pour l’émancipation du violoncelle et Astor Piazzolla pour le bandonéon, Nihad Hrustanbegovic le fait pour l’accordéon. Il offre au piano du pauvre une place à part entière sur la scène de concert. D’un point de vue musical, l´interprétation intégrale de son album le plus récent ouvre de nouvelles perspectives. »

« La Montagne » Samedi 1 aout 2015 Église Saint-Gal de Langeac : « La performance à la hauteur de l’œuvre. L’interprétation par l’accordéoniste Nihad Hrustanbegovic, des quatre concertos pour violon de Vivaldi connus sous le titre des Quatre saisons. Il a fallu sept mois au musicien pour transcrire la partition du maître. Complètement inédite, puisqu’interprétée au seul accordéon classique pour la première fois dans l’histoire de la musique. Les doigts de l’accordéoniste papillonnent au-dessus des claviers verticaux, tandis que l’instrument, comme surpris par tant de virtuosité, prend dans l’église des accents d’harmonium qui s’élèvent jusqu’à la coupole du chœur. Interpréter Les Quatre saisons de Vivaldi dans la première et unique version au monde pour accordéon en personne. « Sept longs mois furent nécessaires pour venir à bout d’un travail délicat et colossal, désormais immortalisé sur CD », Par Catherine David

L’Eveil: « La Cathédrale Notre – Dame du Puy vibre au son de l’accordéon. Un public bluffé et sous le charme du talentueux musicien. Nihad Hrustanbegovic accordéoniste hors pair, un offert à son auditoire une expérience musicale riche. »

Le Progrès : « Un prodige »

★★★★★ Près de trois cents ans après sa première apparition en 1723, Les Quatre Saisons est le chef-d’œuvre de Zefir Records et Nihad Hrustanbegovic sorti sur CD pour la Saint Valentin 2015. L’album fut présenté au Concertgebouw d’Amsterdam par une performance ainsi qu’une entrevue à Radio 4 programme «Hall of Mirrors» par Hans van den Boom. Il est le premier accordéoniste dans le monde à interpréter les Quatre Saisons d’Antonio Vivaldi, d’après la partition originale Urtext. Les Quatre Saisons sont disponibles sur le site www.nihad-accordeon.com, Zefir Records, iTunes et CD Baby Les Quatre Saisons ont reçu du journaliste musical et critique Ludwig van Mechelen sur « Centrale Classique » (Belgique), cinq étoiles dans un avis du 21 Février 2015.
« Hrustanbegovic a opté le plus fidèlement possible pour la partition originale. Une mission de «vous» c’est-à-dire une œuvre orchestrale transcrite pour accordéon solo, sans faire violence à la partition. C’est une tâche qui n’a jamais été accomplie. Les accordéonistes qualifiés recherchent aussi quelque chose de différent du travail contemporain, c’est pour cette raison, entre autres, que Nihad Hrustanbegovic s’est jeté sur Les Quatre Saisons. Risqué ? Oui! Réussi ? Oui! Et satisfait à toute l’exigence musicale du génie de Vivaldi».

 

Selon le quotidien néerlandais « Het Parool » : « Nihad Hrustanbegovic est l’un des meilleurs accordéonistes au monde. »
Nihad Hrustanbegovic a depuis sorti trois albums, où il établit des passerelles, de manière à la fois évidente et organique, entre la musique classique, le jazz, la musique du monde et la pop. Par Erik Voermans.

» Le Critique musical du Quotidien Trouw » après avoir entendu son ´Opus 7 The Cross over´ composé et interprété par Nihad pendant son récital au Concertgebouw d’Amsterdam, dit « Ce que Pablo Casals fit pour l’émancipation du violoncelle et Astor Piazzolla pour le bandonéon, Nihad Hrustanbegovic le fait pour l’accordéon. Il offre au piano du pauvre une place à part entière sur la scène de concert. D’un point de vue musical, l´interprétation intégrale de son album le plus récent ouvre de nouvelles perspectives. »

Simon Vinkenoog, poète : « Une profonde émotion lors de la performance de Nihad Hrustanbegovic, originaire de Bosnie-Herzégovine, un Django Reinhardt de l’accordéon. »

Critique de l’album « Live in Het Concertgebouw Amsterdam » Quotidien néerlandais Trouw, par Armand Serpenti
Si l’émotion avait une couleur ou vice-versa, son origine serait l’accordéon de Nihad Hrustanbegovic. Sa tonalité, son articulation et son épopée tout en souplesse sur le planisphère des techniques de l’accordéon se révèlent lors d'un événement que peu d'entre nous avons expérimenté : l'accordéon de concert dans la salle de concert. Le nouvel album de ce néerlandais d’origine bosniaque a été enregistré en concert dans la petite salle à l’acoustique réputée du Concertgebouw d’Amsterdam. La musique, très entraînante, n’est décidément pas réservée aux oreilles expérimentées. Cette musique, à la fois mélancolique et rêveuse, parfois choquante, fait cependant souvent un clin d’œil et contient une forte dose d’espoir, de chaleur et d’amour. Les quatre longs morceaux sont des idées originales innovantes adaptées de la force pittoresque de Debussy, de la douleur Piazzolla, en passant pas la pop swingante pour aller vers les riches traditions musicales des Balkans en poursuivant vers votre propre univers de sensibilité. Choisissez votre image, Hrustanbegovic la mettra en musique et comment ! Avec autorité, comme lui-même se présente, un artiste en représentation. Disponible sur iTunes, Amazon et CD Baby.

Critique CD et Concert Opus 7The Cross over et récital accordéon au Concertgebouw d’Amsterdam Quotidien Trouw « Le Astor Piazzolla de l’accordéon »
Enfant, il se rêvait joueur de football professionnel mais il devint accordéoniste. Hrustanbegovic a ainsi remporté le tout dernier concours d’accordéon organisé dans la feue Yougoslavie. Il arriva ensuite en tant que réfugié politique de Bosnie-Herzégovine aux Pays-Bas. A cause de Van Basten. En effet, j’idolâtrais littéralement l’équipe de football de Pays-Bas qui fut sacrée championne d’Europe en 1988. C’est ce que Nihad nous expliqua après le tout premier récital uniquement accordéon au Concertgebouw le 6 juin. Ce que Pablo Casals fit pour l’émancipation du violoncelle et Astor Piazzolla pour le bandonéon, Nihad Hrustanbegovic le fait pour l’accordéon. Il offre au piano du pauvre une place à part entière sur la scène de concert. D’un point de vue musical, son interprétation intégrale de son album le plus récent ouvre de nouvelles perspectives. Sur « The crossover », Hrustanbegovic explore avec dextérité toutes les tonalités qui relient la tradition des balkans à la pop et au flamenco en passant par la musique classique et le jazz. Pendant ce temps, il fait fusionner en virtuose la mélodie et le rythme pour en faire une expérience étourdissante. Pourquoi Van Basten ? Par le journaliste Stan Rijven 21 juin 2010

Critique de l’album CD Opus 7 The Cross Over par le journal Leeuwarder Courant Par R.N.
L’opus 7 ‘The Cross-over’ de l’accordéoniste Nihad Hrustanbegovic est un mélange de classique, de jazz, de post-moderne et de musique du monde. Il enchaîne les tonalités orientales et occidentales avec des tonalités inégales des balkans et les improvisations pour transporter l’auditeur vers l’hypermoderne, loin du sourire radieux de John Woodhouse et de la larme de Máxima. Hrustanbegovic est un cuisinier qui mélange ses ingrédients de manière innovante et parie sur le luxe, les en-cas surprenants, où surgissent Balkan Gypsy Jazz, Flamenco Toccata et Sevdah. Ce maître-accordéoniste a également distillé d’autres contrastes dans son programme solo. Saisissable opposé à volatile, innovant et rapide opposés à réfléchi. Hrustanbegovic, originaire de Bosnie-Herzégovine, a depuis conquis sa place sur la scène musicale néerlandaise. Il a accompagné Grace Jones sur scène au Paradiso, effectué des tournées théâtre avec Flairck et la famille Rosenberg. Il est en outre professeur à Amsterdam. Cet album laisse transparaître que ce Paganini des temps modernes écrit l’histoire de l’accordéon en lui dessinant un périple rafraichissant vers l'avenir.

Critique de l’album « The Best Concert Accordion » par Hans Barten collaboration Samenspel – NOVAM
« Cet album prouve brillamment que l’accordéon de concert est le mieux adapté à un concert solo. L’accordéon est par définition un instrument indépendant permettant d’interpréter de nombreux styles et genres de musiques. De la musique classique au folk. Du style kletzmer à la musique moderne. Hrustanbegovic, avec son talent et sa virtuosité, sait parfaitement manier tous ces genres. C’est avec une facilité et une autorité musicale indéniables qu’il transporte l'auditeur dans des numéros de haute voltige musicale. Les interprétations des grands maîtres tels Bach et Scarlatti mais aussi des compositeurs ultérieurs dits romantiques comme Grieg et Paganini dévoilent que Nihad sait jouer de manière à faire croire à l’auditeur que ces morceaux ont été composés pour l’accordéon. Bach et Scarlatti composaient pour le clavecin et l’orgue. Mais si Bach avait à l’époque eu vent des possibilités musicales et techniques de l'accordéon, il aurait sans doute également composé pour cet instrument. Nihad met constamment ses aptitudes techniques au service d’une composition ou d’un arrangement. La technique de jeu de Nihad est sans limite. Les passages compliqués comme les profondes lignes musicales sont abordés avec facilité. Nihad a choisi consciemment un répertoire exigeant tant au niveau musical que technique. Son programme aborde en effet des morceaux posés de Grieg mais aussi et surtout des morceaux virtuoses. Les oeuvres de Bach, Scarlatti et Paganini ont déjà été adaptées pour divers instruments. L’adaptation de ces morceaux pour l’accordéon permet d’enrichir le répertoire. Personne ne sera surpris de savoir que des compositeurs russes, comme Semionov et Gubaidulina, sont également présent sur l’album. La « Stork Suite » de Hrustanbegovic est le témoignage fort d’une personne qui ne joue pas de l’accordéon par hasard et qui est en outre capable de créer. Stork Suite constitue un « hommage à la société des artistes d’Hengelo » et est dédiée en particulier à Jan Noltes, président de la fondation « Heartpool ». Cette oeuvre est un intermezzo de musique du monde en cinq parties. Elle se base sur cinq mélodies qui ont pris forme par l’improvisation. La première mondiale de cette oeuvre a eu lieu le 16 février 2007 au Musée Belvédère de Heerenveen. Ce n’est pas par hasard si les auteurs d’un spot publicitaire d’une réputée marque de bière ont choisi la promenade de cette suite pour vanter leur produit. Cet album permet non seulement de promouvoir le talent de Nihad mais il rend en outre service à tous les amateurs d’accordéon. L’écoute de cet album constitue un voyage de découverte musicale où l'auditeur est transporté et submergé par les richesses et la polyvalence de l’instrument. Le pianissimo subtil est en contraste total avec le puissant fortissimo. Le musicien, capable d’explorer toutes les possibilités d’un instrument pourtant si difficile et complexe, possibilités si riches et présentes, se doit d’être qualifié de maestro, de virtuose. » Par : Hans Barten – 2008 Samenspel, Novam Accordeonblad